Te voilà lancée, ou prête à le faire, dans ton projet. Félicitations ! Comme l’argent est le nerf de la guerre, tu te demandes sans doute de quelles manières obtenir des aides pour monter – ou supporter- celui-ci. Et quand tu consultes la toile, ses méandres et les interminables listes d’acronymes te donnent aussitôt envie de te cacher sous une montagne de couvertures et de ne jamais ressortir. Pas de panique ! La Pétrolette est là pour t’aider à y voir plus clair ! Voici toutes les aides disponibles pour les micro entreprises (Pour les aides Covid 19, rendez-vous directement tout en bas de l’article !).

 

Aides auto entreprises

 

L’ACRE

L’ACRE (Aide aux Créateurs et Repreneurs d’Entreprise) : l’incontournable au moment de la création de ton entreprise

Qu’est-ce que ça t’apporte ?

L’ACRE permet une exonération partielle des cotisations sociales pendant un an, pour les entreprises créées à partir du 31 mars 2020. Pour en bénéficier, ton revenu doit être inférieur à 40 524€ après abattement.

Tu bénéficieras d’une exonération des cotisations sociales de 50 % durant l’année qui suit la date de début d’activité de l’entreprise (1ere période).

Attention, la demande de l’ACRE est à déposer dans les 45 jours suivant ta déclaration de début d’activité. Et bonne nouvelle, L’ACRE peut être cumulée avec le NACRE (voir paragraphe suivant).

Pour qui ?

L’ACRE peut être demandée si tu remplis au moins l’un des critères suivants :

  • demandeurs d’emploi indemnisés ou indemnisables
  • demandeur d’emploi non indemnisés, mais inscrits à Pôle Emploi 6 mois au cours des 18 derniers mois
  • bénéficiaires du RSA, du RMI, de l’ASS ou de l’ATA
  • jeunes âgés de 18 à 25 ans révolus
  • personnes âgées de moins de 30 ans et non indemnisées (durée d’activité insuffisante pour l’ouverture de droits) ou reconnues handicapées
  • créateurs d’une entreprise implantée au sein d’une zone urbaine sensible
  • bénéficiaires du complément de libre choix d’activité
  • Salarié ou personne licenciée d’une entreprise en sauvegarde, redressement ou liquidation judiciaire qui reprend l’activité de l’entreprise
  • Personne ayant conclu un contrat d’appui au projet d’entreprise
  • Bénéficiaire de la prestation partagée d’éducation de l’enfant

Où s’adresser ?

C’est l’URSAFF qui gère les demandes. Toutes les informations et le formulaire ici

 

Le NACRE

Le NACRE est le nouvel accompagnement à la création ou la reprise d’entreprise.

Qu’est-ce que ça t’apporte ?

Il s’agit d’un contrat d’engagement sur 3 ans conclu auprès d’un organisme ayant passé une convention avec l’État et la Caisse des dépôts et consignations. Cela te permet d’être épaulée pour structurer ton activité et d’anticiper les difficultés. Tu peux ainsi souscrire un prêt à taux zéro de 1 000 à 8 000€ sur 5 ans maximum, à condition que ce prêt soit accompagné d’un autre prêt complémentaire égal ou supérieur en montant et durée.
Si on traduit : le prêt à taux zéro constitue au maximum la moitié d’un prêt total. (ex : 1 000€ à taux zéro sur 2 ans accompagné d’un prêt complémentaire de 1 000€ ou plus sur minimum 2 ans).

Pour qui ?

Les critères sont sensiblement les mêmes que pour l’ACRE.

Où s’adresser ?

Ta demande d’accompagnement doit se faire directement auprès de l’organisme ayant passé une convention avec l’État et la Caisse des dépôts et consignations, par courrier recommandé avec accusé de réception. Tu peux demander conseil aux services de ta Région.  Plus d’informations ici.

 

Le prêt d’honneur

Qu’est-ce que ça t’apporte ?

Comme son nom l’indique, il s’agit d’un prêt pouvant aller de 2 000€ à 50 000€ remboursables sur 2 à 5 ans, sans intérêts, ni garantie, ni caution personnelle. C’est un prêt accordé par des associations à but non lucratifs dont les organismes référents en France sont Initiative France, BPI France et Réseau Entreprendre.
De plus, ce prêt peut agir comme un levier et te permettre d’obtenir d’autres financements. Un bon coup de pouce pour commencer !

Pour qui ?

Celles qui ont un projet, celles qui ont déjà créées leur entreprise ou celles qui en reprennent une.

Où s’adresser ?

Directement auprès des partenaires : Réseau Entreprendre, Initiative France et BPI France

 

Le micro crédit

Qu’est-ce que ça t’apporte ?

Probablement l’une des solutions les moins intéressantes, que nous te conseillons uniquement dans le cas où il ne te manque qu’un petit quelque chose pour te lancer. Le micro crédit implique généralement un taux d’environ 7,53%. Le montant maximal du crédit est de 10 000€ remboursables sur 4 ans.

Pour qui ?

Toutes ! Mais on ne te le recommande qu’en dernier recours, à cause du fort taux de remboursement.

Où s’adresser ?

L’ADIE est l’organisme de référence. Tu trouveras plus de renseignements ici.

 

La Garantie EGALITÉ femme

Qu’est-ce que ça t’apporte ?

Il s’agit de faciliter l’accès aux crédits bancaires afin de financer la création, la reprise ou le développement d’une entreprise, quel qu’en soit le statut juridique. Pour en bénéficier, l’entreprise doit avoir été créée ou reprise depuis moins de 3 ans.
Tu peux ainsi bénéficier d’une couverture de 80% du prêt bancaire dans la limite de 50 000€ pour financer des investissements ou un fond de roulement. Cela te permet de ne pas engager ton patrimoine personnel – et donc, de prendre moins de risques !

Pour qui ?

Les femmes uniquement ! La Garantie EGALITÉ femme est réservée aux demandeuses d’emploi ou aux femmes en situation de précarité.
Une aide à laquelle La Pétrolette ne peut pas être insensible !

Où s’adresser ?

Pour mobiliser ta garantie, contacte l’association territoriale France Active de ta région. Ton conseiller t’appuiera dans ta stratégie financière, dans ta relation avec la banque et te connectera aux partenaires locaux utiles à leurs projets. Et pour les infos, c’est ici !

 

Si tu es actuellement demandeuse d’emploi et/ou bénéficiaire du RSA, des aides spécifiques existent

 

L’ARCE (Aide à la reprise et création d’entreprise)

Qu’est-ce que ça t’apporte ?

A ne pas confondre avec l’ACRE dont on te parlait au début, cette aide à la reprise et création d’entreprise te permet, si tu touches des allocations de retour à l’emploi (ARE), de transformer 45% de ce droit en capital. La moitié à la création de l’entreprise, le reste 6 mois plus tard si l’entreprise est toujours en activité.
C’est un bon moyen d’obtenir un capital de départ si tu en as besoin.
Attention cependant : ce choix supprime tes allocations Pôle Emploi restantes, puisque tu ne seras plus considérée comme demandeuse d’emploi.

Si tu ne souhaites pas bénéficier de l’ARCE, tu peux continuer à percevoir ton ARE en déclarant mensuellement tes revenus d’activité à Pole Emploi qui calculera le montant de tes droits en fonctions de tes revenus.

C’est donc un choix à faire. Réfléchis-y bien.

Pour qui ?

Les bénéficiaires de l’allocation de retour à l’emploi (ARE).

Où s’adresser ?

La demande est à faire directement auprès de Pole Emploi.

 

Le RSA (Revenu de Solidarité Active) et la Prime d’activité

Qu’est-ce que ça t’apporte ?

Bon à savoir ! Si tu touches le RSA au moment de la création de ton entreprise, tu pourras continuer à en bénéficier pendant 3 mois à la suite de la création de ton activité. À la suite de quoi tu déclareras ton chiffre d’affaires à la CAF qui recalculera le maintien ou non et le montant en fonction.

De même, la prime d’activité te permet, en fonction de ton foyer et de tes revenus globaux, de toucher une certaine somme d’argent chaque mois est toujours valable si tu crées ton entreprise mais que tu restes en dessous du plafond. Tu devras tous les trimestres déclarer tes revenus.

Pour qui ?

Les bénéficiaires du RSA ou les entrepreneuses dont le revenu ne dépasse pas un certain plafond.

Où s’adresser ?

Directement à la Caisse d’Allocations Familiales, ici.

 

L’ARGFIP (Association de gestion du fonds pour l’insertion professionnelle des personnes handicapées)

Qu’est-ce que ça t’apporte ?

Il s’agit d’une aide forfaitaire de démarrage d’activité de 5 000€ (tu devras avoir un apport en fonds propres de 1500€).
Cela t’offre la possibilité de souscrire à des garanties et tu as droit à l’accompagnement par un prestataire spécialiste de la création d’entreprise.

Pour qui ?

Si tu es demandeuse d’emploi reconnue comme travailleur handicapé et que tu as le contrôle effectif de l’entreprise. L’activité doit être reconnue comme compatible avec le handicap.

Où s’adresser ?

La demande se fait directement auprès de l’Agefiph.

 

Si tu cherches un soutien logistique et des conseils, au-delà d’une aide financière

 

Le CAPE (Contrat d’Appui aux Projets d’Entreprises)

Qu’est-ce que ça t’apporte ?

Le CAPE est un contrat écrit qui te permet de bénéficier du soutien matériel et financier d’une association ou d’une entreprise, pour une aide au montage, à la structuration financière ou encore au développement de ton entreprise.
En contrepartie, tu t’engages à suivre un programme de préparation à la création, ou à la reprise et à la gestion d’entreprise.
Le CAPE est conclu pour une durée maximale de 12 mois, renouvelable 2 fois.

Pour qui ?

Tu peux bénéficier du CAPE si tu remplis l’un de ces deux critères :
– Tu es porteuse d’un projet de création ou reprise d’entreprise, à l’exception des
salariés à temps plein
– Tu es dirigeante associée unique d’une EURL ou d’une SASU

Où s’adresser ?

Directement auprès de l’entreprise ou association dont tu souhaites bénéficier du soutien.

 

Pour terminer, si tu fais face à une crise financière exceptionnelle

La sécu des indépendants proposent plusieurs aides pour les micro entreprises qui peuvent te sauver la mise en cas de coup dur. Tu peux aller directement sur leur page pour demander une aide. On te liste ici les principales :

 

L’ACED (Aide aux Cotisants En Difficultés)

Permet sous certaines conditions de bénéficier d’une prise en charge totale ou partielle de tes cotisations et contributions sociales personnelles dues, en cas de difficultés particulières de trésorerie liées à ta santé, à la conjoncture économique ou à un sinistre.

 

L’AFE (Aide Financière Exceptionnelle)

A pour objet de te soutenir si tu es confrontée à une difficulté exceptionnelle et ponctuelle susceptible de menacer la pérennité de ton activité.
Les difficultés rencontrées peuvent être de natures diverses, telles que :
– survenance d’un événement extérieur ponctuel : incendie, accident, travaux de voirie à proximité de l’activité, etc.
– difficultés économiques ponctuelles de l’entreprise : perte de marché, défaillance d’un partenaire, défaut de paiement d’un client important, etc.
– prise en charge des formalités de 1ère radiation

 

Les aides COVID 19

 

aide micro entreprise covid

Le Fonds de Solidarité

Ce fonds s’adresse aux petites entreprises, micro-entrepreneurs, indépendants et professions libérales. Il y a plusieurs cas de figures selon l’ancienneté de ta micro entreprise, ta perte de chiffre d’affaires…

Pour les entreprises situées dans les zones de couvre-feu ayant perdu plus de 50 % de leur chiffre d’affaires :
Les entreprises des secteurs S1 reçoivent une aide compensant leur perte de chiffre d’affaires jusqu’à 10 000 €.
– Les entreprises des secteurs S1bis ayant perdu plus de 80 % de leur chiffre d’affaires reçoivent une aide compensant leur perte de chiffre d’affaires jusqu’à 10 000 €.
– Les autres entreprises ont droit à une aide couvrant leur perte de chiffre d’affaires dans la limite de 1500 €.

Pour les entreprises situées en dehors des zones de couvre-feu appartenant aux secteurs 1 et 1 bis et ayant perdu plus de 50 % de leur chiffre d’affaires en octobre :
– Les entreprises ayant perdu entre 50 et 70 % de leur chiffre d’affaires reçoivent une aide égale à la perte de chiffres d’affaires jusqu’à 1 500 €.
– Les entreprises ayant perdu plus de 70 % de leur chiffre d’affaires reçoivent une aide égale à la perte de chiffre d’affaire jusqu’à 10 000 € et dans la limite de 60 % du chiffre d’affaires mensuel de l’année précédente.

Pour toutes les entreprises fermées administrativement ou ayant subi plus de 50 % de perte de chiffre d’affaires en novembre :
– Les entreprises fermées administrativement perçoivent une aide égale au montant de la perte de chiffre d’affaires dans la limite de 10 000 €
– Les entreprises des secteurs S1 perçoivent une subvention égale au montant de la perte de chiffre d’affaires dans la limite de 10 000 €
– Les autres entreprises ont droit à une aide couvrant leur perte de chiffre d’affaires dans la limite de 1500 €.

Pour qui ?

Les entreprises qui ont fait l’objet d’une interdiction d’accueil du public entre le 25 septembre 2020 et le 30 novembre 2020 ou si elles ont subi une perte de chiffre d’affaires d’au moins 50 % au cours de la période mensuelle entre le 1er octobre 2020 et le 30 novembre 2020 :
– par rapport à la même période de l’année précédente ou par rapport au chiffre d’affaires mensuel moyen de l’année 2019
– ou, pour les entreprises créées entre le 1er juin 2019 et le 31 janvier 2020, par rapport au chiffre d’affaires mensuel moyen sur la période comprise entre la date de création de l’entreprise et le 29 février 2020
– ou, pour les entreprises créées entre le 1er février 2020 et le 29 février 2020, par rapport au chiffre d’affaires réalisé en février 2020 et ramené sur 1 mois,
– ou, pour les entreprises créées après le 1er mars 2020, le chiffre d’affaires mensuel moyen réalisé entre le 1er juillet 2020, ou à défaut la date de création de l’entreprise, et le 30 septembre 2020.

Où s’adresser ?

Connecte-toi aux site des Impôts, dans l’espace Particulier. Il faut ensuite aller dans la Messagerie Sécurisée et choisir le motif “”Je demande l’aide aux entreprises fragilisées par l’épidémie Covid-19″.”

 

Un grand merci à notre amie Amandine qui a répertorié toutes ces aides disponibles pour les micro entreprises et qui te permettront sans doute d’y voir plus clair !